Quelques trucs de fin d’année pour économiser de l’impôt

La température baisse, les feuilles tournent au rouge et les gens discutent de costumes d’Halloween… C’est définitivement signe que la fin d’année approche ! Concernant vos finances personnelles, il est temps d’exécuter quelques tâches pour fermer l’année et mettre la table pour 2018. Voici un survol de quelques points importants :

Déclencher une perte en capital

Avez-vous déclaré des gains en capital dans l’une des trois années précédentes (2016, 2015, 2014) ? Si oui, ou si vous avez déclaré des gains en capital dans l’année courante, vous devriez considérer vendre vos titres perdants pour déduire ces pertes en capital sur les gains en capital accumulés dans les dernières années. Les pertes en capital excédentaires peuvent être déduites sur du gain en capital déclaré jusqu’à 3 ans avant la date de la vente et reporté à l’infini dans le futur.

Si vous avez l’intention de refaire l’achat du titre vendu, assurez-vous d’attendre 30 jours avant de procéder ! Sinon, la perte sera considérée comme une perte apparente et vous ne pourrez pas la déduire. Si vous souhaitez vraiment réinvestir le jour même, considérez acheter un titre ou un fonds négocié en bourse ayant des caractéristiques proches de celui vendu.

Provoquez un gain en capital avant la fin d’année

Pourquoi voudriez-vous réaliser un gain en capital avant la fin de l’année ? C’est avantageux seulement si vous pouvez l’exonérer d’impôt, vrai ? Idéalement oui. Vous pourriez avoir des pertes en capital non déduites que vous voulez utiliser, ou sinon vous pourriez avoir le goût de vendre le titre en 2017, car vous savez que votre taux marginal est plus bas cette année qu’il ne le sera en 2018, et vous aviez l’intention de le vendre bientôt de toute façon.

Si vous n’avez pas besoin du produit de la vente, vous devriez le réinvestir. Même si vous rachetez le même titre, vous allez créer un nouveau PBR (prix de base rajusté), ce qui permettra de sauver de l’impôt à la prochaine vente.

Contribution excédentaire au REER à 71 ans

Si vous avez eu 71 ans cette année, vous devez convertir votre REER en FERR avant la fin de l’année en cours. Règle générale, on ne peut pas cotiser dans un FERR.

Cependant, si vous avez 71 ans et que vous gagnez des revenus en 2017 qui donnerait normalement des droits au REER de l’an prochain, vous pourriez faire une cotisation excédentaire à votre REER équivalente à ces futurs droits. Cette cotisation aurait lieu en décembre, juste avant de convertir votre REER en FERR.

Donner à un organisme de bienfaisance pour la première fois

Si vous n’avez jamais fait un don à un organisme de bienfaisance, il est important de savoir que 2017 est la dernière année pour bénéficier du Super crédit d’impôt pour premier don de bienfaisance. C’est un crédit fédéral qui ajoute 25% au crédit actuel pour don de bienfaisance, pour les dons monétaires jusqu’à concurrence de 1 000$. En additionnant les crédits du fédéral et du provincial, vous pourriez recevoir jusqu’à 715$. Il y a plusieurs bonnes causes. Si vous voulez en encourager une, c’est l’occasion !

La tendance mentionnée dans notre lettre précédente se maintient. Pendant que les taux des obligations du gouvernement du Canada 10 ans ne montent pas ou montent faiblement, les taux à court terme montent beaucoup plus rapidement. Nous assistons donc à un aplatissement de la courbe de taux.

Retrait du CELI

Si vous planifiez de faire un retrait du CELI prochainement, considérez de le faire avant la fin de l’année. De cette façon, le montant que vous retirez sera ajouté à vos droits de cotisations pour l’année 2018. Vous allez pouvoir le recotiser plus rapidement.

Payez vos comptes à temps

Étant donné que plusieurs déductions fiscales et crédits d’impôts sont calculés sur différentes dépenses qui sont payés au courant de l’année, prenez le temps de vous assurer que les paiements sont faits avant le 31 décembre 2017 et de conserver vos reçus. Entre autres :

  • Frais médicaux pour vous, votre conjoint et vos enfants mineurs ;
  • Frais de déménagement ;
  • Frais de garde ;
  • Dons de charité ;
  • Frais de placement (intérêts et frais de courtage) ;
  • Frais de scolarité ;
  • Frais pour transport en commun pour les 6 premiers mois de l’année. (C’est la dernière année pour profiter de ce crédit d’impôt).

Entrepreneurs, soyez alertes !

Le monde des affaires était en grogne suite à la réforme fiscale initialement présentée cet été. Donc, le 16 octobre le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, à apporté des changements. Voici ce qu’il propose :

  • Dès le 1er janvier 2018, le taux d’imposition baissera à 10 %. Il atteindra ensuite 9 % en janvier 2019.

  • Il sera dorénavant impossible pour un entrepreneur de réduire ses impôts en fractionnant son revenu avec des proches qui ne contribuent pas à l’entreprise. Par contre, il n’y a aura aucun changement pour ceux qui travaillent dans l’entreprise.

  • Gains en capital: le gouvernement a fait volte-face au sujet de l’exonération cumulative des gains en capital. Le ministre des Finances a mentionné qu’il n’y aurait finalement aucun changement aux règles qui permettent à l’heure actuelle aux propriétaires de léguer d’une génération à l’autre une entreprise familiale sans devoir payer d’énormes sommes d’impôts.

Nous vous recommandons de consulter vos spécialistes en fiscalité le plus tôt possible. Malgré l’assouplissement apporter à la réforme fiscale, les entrepreneurs doivent solliciter les bons conseils pour s’ajuster aux changements.

Les 10 travaux de votre conseiller. #2: déterminer vos objectifs financier et personnels

Ce blogue est le second d’une série publiée dans le but de vous aider à comprendre comment votre conseiller vous accompagne tout au long de votre vie dans l’atteinte de vos objectifs personnels et financiers. Dans ce second numéro :

2 : Déterminer vos objectifs personnels et financiers

Rien ne sert de planifier tant que vous n’avez pas clairement identifié vos objectifs. Et puisque vos objectifs évoluent tout au long de votre vie, votre plan financier devra être révisé pour tenir compte de ces changements.

La vingtaine

Si vous êtes dans la vingtaine, vos principaux objectifs sont peut-être de trouver l’emploi qui vous convienne et de rembourser vos dettes étudiantes. Une fois ces objectifs atteints, vous devrez épargner afin de constituer un « fonds d’urgence » (probablement dans un CÉLI) qui vous servira à faire face aux imprévus.

Par la suite, peut-être commencerez-vous à songer au mariage (ou non!) et à l’achat d’une maison. Selon votre revenu actuel et anticipé, ce pourrait aussi être le moment d’ouvrir un REER. Si votre employeur offre de cotiser à votre régime enregistré un montant égal à vos contributions, vous devez profiter de ce programme au maximum; en plus du report d’impôt, c’est de l’argent donné!

La trentaine

C’est souvent au début de la trentaine que surviennent certains des grands changements dans votre vie : mariage ou vie commune, achat d’une maison, enfants.

Votre conseiller pourra vous accompagner à travers chacune de ces étapes. Avez-vous besoin d’un contrat de vie commune; d’un testament? Quel budget consacrer à la maison et comment en financer l’achat? Ouverture d’un compte d’épargne-étude (le compte enregistré le plus généreux au Canada). Quels sont vos besoins en assurance-vie?

La quarantaine

D’autres défis et opportunités vous attendent dans la quarantaine. Il se peut que votre revenu soit maintenant plus intéressant et que vous soyez sur la bonne voie pour le remboursement de l’hypothèque et le financement des études des enfants. C’est le moment d’accélérer l’épargne-retraite.

Des évènements imprévus peuvent cependant bouleverser vos plans et vous forcer à rajuster le tir : perte d’emploi, divorce ou maladie grave. Ou peut-être souhaitez-vous faire un changement de carrière (pourquoi pas le lancement de votre propre entreprise!) ou prendre une année sabbatique pour faire le tour du monde (you only live once!).

Ici aussi, votre conseiller vous aidera à relever ces défis tout en gardant le cap sur vos objectifs à long terme, comme la retraite.

La cinquantaine et la préparation de la retraite

Pour la plupart des gens, la cinquantaine est la décennie ou l’on achève de payer l’hypothèque, les études des enfants sont financées et le revenu ainsi que le taux d’imposition(!) sont au maximum. C’est le moment de contribuer au maximum au régime d’épargne-retraite.

À mesure que la retraite approche, votre horizon de placement raccourci et votre tolérance au risque diminue. La préservation du capital devient plus importante. Votre conseiller vous aidera à adapter votre portefeuille à cette nouvelle réalité.

Votre conseiller vous aidera aussi à articuler votre vision de la retraite. Souhaitez-vous rénover et déménager dans votre résidence secondaire? Faire le tour du monde en Westfalia? Vous rapprocher de vos parents et de la famille en région? Jouer au golf au Québec l’été et dans le sud l’hiver? Vivre au Panama pour profiter des plages et d’une fiscalité avantageuse?

Votre conseiller élaborera avec vous le plan détaillé pour réaliser cette retraite rêvée. Ce plan mesurera les revenus après impôt requis et identifiera les sources de revenus disponibles à la retraite.

La retraite

La retraite marque le début du décaissement des actifs accumulés durant votre vie active. La stratégie de décaissement élaborée avec votre conseiller tiendra compte des diverses sources de revenus disponibles : fonds de pension de l’employeur, prestations de la Régie des rentes du Québec et de la Pension de sécurité de vieillesse, REER, CÉLI, épargne non-enregistrée, actifs accumulés dans votre compagnie, immobilier, rente viagère, etc.

La stratégie visera à optimiser votre revenu après impôt tout au long de votre retraite, en tenant compte de l’évolution de vos dépenses. On veillera entre autres à reporter l’impôt le plus longtemps possible en puisant d’abord dans les actifs non-enregistrés et le CÉLI ainsi que ceux accumulés dans votre compagnie.

Votre stratégie de décaissement sera basée sur des hypothèses de rendements et d’inflation et devra être révisée régulièrement – avec l’aide de votre conseiller – en fonction de l’évolution des marchés.

Prochain blogue

Ayant établis votre situation personnelle et fait votre bilan, la prochaine étape constitue à déterminer vos objectifs financiers. C’est le sujet de notre prochain blogue.